Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Viguard

Viguard, antivirus sans base de signature et sans mise à jour. Évènements et procès qui entourèrent le développement et la commercialisation tapageuse et mensongère de ce produit.

Viguard, antivirus sans base de signature et sans mise à jour, n'existe plus. Cette fiche, dont la dernière mise à jour remonte au 31 janvier 2007, est conservée pour mémoire. Les évènements et procès, qui entourèrent le développement et la commercialisation tapageuse et mensongère de ce produit, laissèrent des cicatrices qui, aujourd'hui encore, font regarder les tentatives de développement d'applications se réclamant du même principe, avec suspicions, voire provoquer une gestuelle d'un index frappé ou tourné contre une tempe, dont la signification n'a pas besoin d'être soulignée. Un chercheur, Guillermito (Guillaume Tena), qui descendit en flamme ce produit, fut violemment attaqué en justice (il perdit son procès !) et s'attira la sympathie et le soutien de la communauté informatique.

Présenté comme un antivirus sans base de signature et sans mise à jour, Viguard, un logiciel de sécurité informatique sous Windows, est, en réalité, un contrôleur d'intégrité avec de nombreuses lacunes (comparé, par exemple, à PrevX), à la genèse mise en doute, à la communication exécrable et infantilisante et au futur incertain (liquidation judiciaire de Tegam le 10-05-2005, liquidation judiciaire du grossiste Dodata le 31.01.2007, rancœur de la communauté scientifique après leur procès contre le chercheur Guillermito, etc.). Après la liquidation de Tegam, Viguard resta entre les mains de son créateur (contesté) et une nouvelle société assura, un temps, sa distribution et sa maintenance. Aujourd'hui, Viguard n'existe plus du tout.

Voir, plus bas, la saga InDefense (ce site n'existe plus) qui serait une spoliation de Viguard qui, lui même, serait une spoliation de InVircible

  • Vérification du 28 octobre 2013 : le site existe encore mais sa dernière mise à jour date du 17 octobre 2007 - une procédure d'achat sous protocole sécurisé https avait un certificat de sécurité jusqu'au 17/03/2012 à 00:59 et on peut encore y accéder sous protocole http (ce qui pourrait ne plus être que du phishing). Il est encore possible de télécharger InVircible dont le chiffre clé (hashcode) montre qu'il s'agit de la version inchangée du 27 novembre 2006.
  • Vérification du 13.06.2015 : le site n'existe plus et est en parking (le nom de domaine est à vendre).

Notes :

Des communications répétées sur le groupe Usenet fr.comp.securite.virus, signées Zvi Netiv (auteur de InVircible), n'ont jamais été contestées par Marc Dotan (auteur de Viguard), pourtant procédurier de nature. Zvi Netiv y explique à plusieurs reprises que Marc Dotan, fondateur de Tegam, a détourné sa technologie et son brevet (le logiciel InVircible) et s'est approprié son invention.

Viguard déclarait utiliser une technologie propriétaire, appelée DVP, et une autre technologie à l'appellation, pompeuse : BVD - Biometric Virus Detection.

Sous la pression des évènements, des critiques et des utilisateurs, Viguard a fini par proposer (mais en option séparée pour ne pas se déjuger), un pseudo antivirus « normal » à joindre à Viguard. Le produit, gratuit, appelé VDetect, ne fait que détecter les parasites mais ne les éradique pas. Il s'agit d'une version Windows de ClamAV, un produit logiciel antivirus multiplateforme, gratuit et Open Source. VDetect ne fait que comparer les hashcodes des fichiers à ceux contenus dans cette base de signatures (d'ailleurs relativement faible) et n'a aucun fonctionnement de type actif temps-réel, analyse heuristique, sandboxing, etc.

Compte tenu de tout le contexte autour de ce produit et de ses hommes, il ne sera pas procédé à d'autres tests de Viguard. Ce produit réussit le tour de force de capitaliser la haine des internautes et des décideurs contre Tegam et Viguard après l'affaire Guillermito, ce chercheur qui avait la sympathie du public. Il est incroyable que cela n'ai pas été « senti » par le staff de Tegam, avant de lancer la machine judiciaire. Les suspicions portent sur l'inadéquation de son fonctionnement à sa finalité et sur un brevet qui serait volé. Le produit, dès 2001, est contesté et, rapidement, ne vaut plus rien en termes technologiques comme en valeur de capital financier, industriel et commercial. Viguard a rapidement fait l'unanimité contre lui tout en faisant face à de nombreux produits concurrents, moins tapageurs, ce que le monde assez feutré informatique n'apprécie pas.

Viguard - Viguard - Liquidation judiciaire

Petite analyse de Viguard et attaques possibles (par le chercheur Guillermito - cet article a tout déclenché)

On lira avantageusement quelques propos pour et contre Viguard pour comprendre que ce produit ne laisse pas indifférent :

Billet de Guilermito après sa mise en examen par Tegam (Viguard)
Les propriétés (données de création) du document prétendu de Danielle Kaminsky fournie au site Kitetoa.com par le Clusif ( Clusif : Club de la Sécurité de l’Information Français)
L'arrêt de la cour d'appel dans l'affaire Guillermito commenté par Maître Eolas

Viguard
Ivanti Endpoint Security
Viguard Edition Platinium
Viguard HIPS

Viguard - Références
Viguard - Viguard
Viguard - Viguard