Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Crippleware - Logiciel sans ses fonctions principales

Un « crippleware » est un logiciel de démonstration volontairement incomplet, auquel il manque les fonctions essentielles. On peut l'utiliser, mais il est impossible de sauvegarder le travail fait.

Crippleware est un terme de l'industrie informatique.

Crippleware : ce néologisme est un mot-valise (et contraction) construit par la fusion du mot anglais « cripple » - « crippled » (endommager quelque chose, en particulier pour qu'il ne puisse fonctionner normalement, pour qu'il soit inefficace, etc.) et du suffixe « ware » désignant un bien, une marchandise dont on fait un type. Dans l'industrie des logiciels, le rapprochement se fait avec « software » (« soft + ware »), désignant un objet « logiciel ».

Un « crippleware » est un logiciel de démonstration volontairement incomplet, limité, auquel il manque les fonctions essentielles (elles sont retirées ou inhibées). On peut vaguement l'utiliser, mais il est impossible, par exemple, de sauvegarder le travail fait. Si l'on veut faire un jeu de mots sur la consonance, on pourrait dire que ces logiciels sont « criblés » de trous.

Il s'agit d'une forme d'essais de logiciels ne permettant pas aux utilisateurs de tester toutes les fonctions, qui ne seront opérationnelles que lorsque l'utilisateur passera à la caisse et achètera une licence complète du logiciel.

Un « crippleware » est donc une tactique de marketing.

En ce sens, un « crippleware » est très différent d'un « Trialware » qui, lui aussi, est une version d'essai, mais généralement complète ou peu s'en faut, laissée au libre usage du testeur durant une période allant, généralement, de 10 à 30 jours.

Un « crippleware » est donc un logiciel estropié et le terme « crippleware » n'est pas flatteur, ni pour le logiciel ni pour les méthodes de son auteur/éditeur.

On peut trouver des prétendus « Freeware » qui sont des « crippleware » cherchant à pousser l'utilisateur vers la version commerciale (complète et payante) du logiciel.

D'autres termes sont utilisés comme :

  • Logiciel à fonctionnalités limitées
  • Logiciel endommagé
  • Logiciel à temps limité
  • Logiciel à utilisation limitée
  • Logiciel à capacité limitée
  • Logiciels également appelés « Nagware », car ce type de logiciel affiche sans cesse un rappel à acheter la version complète.
  • Logiciel à option de sortie de limitation

Dans le monde des jeux vidéo, il y a une approche du « crippleware » avec la pseudo gratuité des jeux en ligne (« freemium ». Vous pouvez vous battre (au sens propre et au sens figuré) durant des jours, des semaines, des mois pour tenter de gagner une arme, un pouvoir, etc., et vous n'y arriverez probablement jamais. Le seul moyen d'y arriver et de l'acheter en le payant à l'éditeur en argent réel. Cela ne vous coûtera que 2 ou 3 € ou $, mais comme il y a des millions de joueurs qui cherchent à acquérir des milliers d'armes et de pouvoirs, les petits ruisseaux font les grandes rivières et c'est ainsi que le gratuit permet aux éditeurs de jeux vidéo de gagner des fortunes, en offrant gratuitement des trucs assimilables à des « crippleware ».

Crippleware -
Crippleware - Crippleware