Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Décontamination - Antivirus - Protection - Protection de la Vie Privée Assiste.com - Sécurité informatique préventive - Décontamination - Antivirus - Protection - Protection de la Vie Privée

URL

Dernière mise à jour : 2018-10-12T14:52 - 12.10.2018
15.01.2013 - 00h00 - Paris - (Assiste - Pierre Pinard) - Petites retouches et ajouts
01.04.2012 - 00h00 - Paris - (Assiste - Pierre Pinard) - Mise à jour de notre article antérieur (versions 1997-2007)

URL = « Uniform Resource Locator » (en français traduit mot à mot : « localisateur uniforme de ressource »). Tout « objet » (fichier, image, son...) devant être trouvé sur l'Internet, dont sur la partie de l'Internet appelée Web, doit avoir son « adresse » appelée URL.

URLURLURL

Prenons un exemple : il existe une page Internet qui parle de la « Protection des navigateurs ». Elle se trouve à :
https://assiste.com/Preparation_du_navigateur_et_de_la_navigation.html

Cela est l'URL de cette page, son adresse sur l'Internet (le WEB n'est qu'une partie de l'Internet) ou, plus brièvement, dans le langage parlé, son « adresse Web ».

URL signifie « Uniform Resource Locator » (en français traduit mot à mot : « localisateur uniforme de ressource »).

Une page Web (pas forcément une page Web, d'ailleurs : si vous êtes sur Steam, ou sous un SaaS [logiciel en tant que service], c'est la même chose, etc.) a son URL (ou toute autre est constituée d'un assemblage de plusieurs objets (images, textes, etc.), stockés séparément (éventuellement sur plusieurs serveurs différents [serveurs tiers] répartis dans le monde), et assemblés au moment de son affichage (par le moteur de rendu de votre navigateur Web). Chaque image, chaque son, chaque vidéo, chaque script, chaque service, chaque formulaire, sur une page Web, est une « ressource » stockée sur un « serveur » et dispose de sa propre URL (une page Web est donc, souvent, un assemblage de plusieurs objets ayant chacun son URL et provenant souvent de serveurs différents, pour diverses raisons comme l'équilibre de charge des serveurs concourant à un même site Web ou parce que la ressource est ailleurs, voire n'existe que sur un unique serveur (voir, par exemple, les tentatives de centralisation et cartélisation du Web pour traquer/surveiller le maximum de requêtes HTTP et leurs entêtes HTTP [le cheval de Troie du Web].

C'est ainsi que chaque ressource, sur le WEB, n'est joignable, sans ambiguïté, que par son URL et ne peut être jointe que grâce à son URL (un site, une page, une image, un son, une chanson, une vidéo, un jeu, un graphique, un document, un forum, un blog...). C'est votre navigateur Web qui va aller chercher ces objets. Il va, pour cela, faire des « requêtes ».

Requête Web (requettes HTTP)

Les « requêtes » sont indispensables mais posent l'un des plus épineux problèmes de protection de la vie privée. A partir du moment où il y a « requête », il y a évasion d'informations personnelles touchant à la vie privée :

  • Les requêtes elles-mêmes (qu'est-ce qui est demandé, quelle sont les URL demandées, donc à quoi s'intéresse l'internaute)
  • Depuis où fait-il ces requêtes (où était-il juste avant, sur quelle page..., donc à quoi s'intéresse l'internaute - information donnée par le « Referrer »)

Les données embarquées dans les « Requête HTTP » permettent le « tracking » et le « profiling ». Elles sont à l'origine de l'ensemble des mouvements de résistance et de révolte qui agitent les États démocratiques (Europe, États-Unis...) et ont conduit à des dispositifs législatifs de protection de l'individu (la personne physique) et à toutes les technologies « Stop tracking », dont la mise en place, le 25 mai 2018, de la RGPD.






Dans un navigateur Web, avant "d'entrer" dans une page, il faut connaître son URL. Le premier truc à faire est donc d'utiliser un moteur de recherche qui va trouver, pour nous, les URL vers les pages qui traitent de ce que l'on recherche.

Donc, dans votre navigateur Internet, vous entrez une première URL, celle du moteur de recherche Google (qui est utilisé par plus de 90% des français pour leur recherches). Voici son URL :

https://www.google.com

Saisissez le ou les mots clés de ce que vous cherchez (une recette de cuisine, la résolution d'une équation différentielle, l'achat d'un mouchoir en papier etc. ...).

Le moteur de recherche va vous afficher une liste d'URL (de "liens"), dans un ordre décroissant de pertinence (selon lui), vers des ressources (des pages WEB) qui traitent de ce sujet (avec une ligne ou deux, prises dans la page, et où apparaissent vos mots clé dans leur contexte).

Vous n'avez pas à "entrer" l'URL. Il vous suffit de cliquer dessus. C'est tout. Merci à Tim Berners-Lee.

Le protocole d'accès à la ressource, dans une URLLe protocole d'accès à la ressource, dans une URLLe protocole d'accès à la ressource, dans une URL

Vous remarquerez qu'une URL commence toujours par quelques lettres suivies de ://
Ces premières lettres signalent le protocole de communication utilisé : HTTP ou HTTPS pour le WEB, FTP, telnet, mailto, news, etc. ... pour d'autres services disponibles sur l'Internet.

Le reste de l'URL est une suite de mots séparés par un "/" (slash). Il s'agit de la hiérarchie d'accès à la ressource. Un site, sur son serveur, est exactement comme un répertoire sur votre disque dur, avec son répertoire racine (le nom du site), ses sous répertoires, jusqu'au fichier qui est la ressource. Chaque "ressource" EST un fichier sur un serveur, classé dans une hiérarchie de répertoires.

Le Nom de Domaine dans une URLLe Nom de Domaine dans une URLLe Nom de Domaine dans une URL

Le "nom du site" (le "nom de domaine"), dans l'URL, ne permet pas d'atteindre le serveur sur lequel est hébergé la ressource. Les serveurs ne sont réellement connus, pour toute la "machinerie" de l'Internet, que sous un numéro du machine (dit "adresse IP"). Donc, dans un premier temps, il faut "traduire" ce "nom de domaine" en "adresse IP" en consultant une liste mondiale unique (répliquée de nombreuses fois) qui, pour chaque domaine, donne l'adresse IP du serveur sur lequel se trouve le domaine - le "site" (exactement comme vous consulteriez un annuaire téléphonique, en cherchant par nom, pour obtenir le numéro de téléphone). Ce travail est dévolu aux "serveurs de noms de domaines" - les DNS.


Présence d'un lien profond (une ancre)

Si une URL se poursuit par la précision d'une adresse dans le document lui-même (un paragraphe adressé par un lien dit « profond », une « ancre »), on ne parle plus d'URL mais d'URI.

RessourcesRessources" Ressources "

Encodage d'URL en mode "safe" (caractères accentués etc. ... en UTF-8 ou ISO-8859-1 Western Latin-1