Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Escroquerie spéculative aux cours de bourse

Escroquerie spéculative aux cours de bourse : short selling (vente à découvert) manipulant les cours boursiers d'entreprises cotées ayant peu de transactions.

23.08.2020 - Révision 14.01.2022 - Révision mineure 13.08.2022. Auteur : Pierre Pinard.

Ce type d’escroqueries repose sur le « short selling » (« ventes à découvert ») en manipulant les cours boursiers de petites entreprises cotées ayant peu de transactions boursières. Il s’agit, en utilisant essentiellement les médias sociaux, après avoir acheté des actions à leur cours bas, de développer un buzz faisant croire à une sous-cotation ou à un événement prochain de l’entreprise devant conduire à une hausse du cours de ses actions (« pump-and-dump »). Dès que des acheteurs, surtout des particuliers investisseurs de circonstance, hors traders professionnels, se croyant « informés » par ce buzz, se lancent dans l’achat de ces actions prétendues « sous-cotées », le cours monte et l’escroc vend au nouveau cours, haut. Le cours redescend et ceux qui l’ont suivi perdent ou gagnent plus ou moins selon leurs cours d’achat puis de vente.

Alertes et bulletins aux investisseurs sur les rumeurs boursières

Traduction de :
Alert: Social Media and Investing - Stock Rumors.


5 novembre 2015 : Alerte aux investisseurs : médias sociaux et investissements - Rumeurs boursières.

L'Office of Investor Education and Advocacy (« OIEA ») de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis publie cette alerte aux investisseurs pour avertir les investisseurs que des fraudeurs pourraient tenter de manipuler les cours des actions en utilisant les médias sociaux pour diffuser des informations fausses ou trompeuses sur les actions.

Les médias sociaux, et Internet en général, sont devenus des outils importants pour les investisseurs. Les investisseurs peuvent utiliser les médias sociaux pour rechercher des actions particulières, rechercher des informations générales sur un courtier ou un conseiller en investissement, trouver des conseils sur les stratégies d'investissement, recevoir des informations à jour et discuter des marchés avec d'autres.

Si les médias sociaux peuvent offrir de nombreux avantages aux investisseurs, ils présentent également des opportunités pour les fraudeurs. Grâce aux médias sociaux, les fraudeurs peuvent diffuser des informations fausses ou trompeuses sur un stock (actions) à un grand nombre de personnes avec un minimum d'effort et à un coût relativement faible. Ils peuvent également dissimuler leur véritable identité en agissant de manière anonyme ou même en se faisant passer pour des sources crédibles d'informations sur le marché.

Une façon dont les fraudeurs peuvent exploiter les médias sociaux est de se livrer à une manipulation de marché, telle que la diffusion d'informations fausses et trompeuses sur une entreprise pour affecter le cours de l'action. Les malfaiteurs peuvent propager des rumeurs boursières sur les réseaux sociaux, ainsi que sur les babillards en ligne et dans les forums de discussion sur Internet.

Les rumeurs fausses ou trompeuses peuvent être positives ou négatives. Par exemple, dans un programme de « pompage et vidage », les promoteurs « gonflent » le cours de l'action en répandant des rumeurs positives qui incitent à une frénésie d'achat et ils « vident » rapidement leurs propres actions avant la fin du battage médiatique. En règle générale, une fois que les promoteurs ont profité de leurs ventes, le cours de l'action chute et les investisseurs restants perdent de l'argent. Dans d'autres cas, les fraudeurs lancent des rumeurs négatives incitant les investisseurs à vendre leurs actions afin que le cours des actions s'effondre et que les fraudeurs profitent de l'achat d'actions à un prix artificiellement bas.

Actions de la SEC impliquant les médias sociaux et la manipulation du marché

La SEC a inculpé des individus pour avoir commis une fraude en valeurs mobilières en utilisant les médias sociaux.

  • Dans une récente action d'exécution, SEC v. Craig, la SEC a accusé un individu d'avoir manipulé les cours des actions de deux sociétés cotées en bourse en tweetant des informations fausses et trompeuses. L'accusé aurait tweeté des rumeurs selon lesquelles les forces de l'ordre fédérales enquêtaient sur une société de technologie pour fraude, et qu'une société biopharmaceutique avait entaché les résultats d'essais de médicaments et qu'une agence du gouvernement fédéral avait saisi ses papiers. La SEC a affirmé que ces tweets trompeurs provenaient de comptes Twitter imitant des sociétés de recherche en valeurs mobilières établies. Les canulars auraient fait perdre aux investisseurs plus de 1,5 million de dollars.

  • Dans SEC v. McKeown et Ryan, la SEC a obtenu des jugements contre un couple canadien qui a utilisé son site Web (PennyStockChaser), Facebook et Twitter pour augmenter le cours des actions de sociétés à microcapitalisation, puis a profité de la vente d'actions de ces sociétés. Le couple aurait reçu des millions d'actions de ces sociétés à titre de compensation et vendu les actions à peu près au moment où leur site Web prévoyait que le cours de l'action augmenterait massivement (une pratique connue sous le nom de « scalping »). La plainte de la SEC alléguait que le couple n'avait pas pleinement divulgué l'indemnisation qu'il avait reçue pour avoir vanté les actions. Le tribunal a ordonné au couple et à leurs sociétés de payer plus de 3,7 millions de dollars en restitution pour les bénéfices réalisés à la suite de la conduite présumée, et a condamné le couple à payer 300 000 $ en amendes civiles.

Les investisseurs doivent savoir que les fraudeurs peuvent utiliser les médias sociaux pour se faire passer pour une source établie d'informations sur le marché. Par exemple, les fraudeurs peuvent créer un nom de compte, un profil ou un pseudonyme conçu pour imiter une société ou une société de recherche en valeurs mobilières en particulier. Ils peuvent aller jusqu'à créer une page Web qui utilise le logo de l'entreprise, des liens vers le site Web réel de l'entreprise ou fait référence au nom d'une personne réelle qui travaille pour l'entreprise.

Lorsque vous recevez des informations sur les investissements via les réseaux sociaux, vérifiez l'identité de la source sous-jacente. Recherchez de légères variations ou fautes de frappe dans le nom de compte, le profil, l'adresse e-mail, le pseudonyme ou le pseudo de l'expéditeur, ou tout autre signe que l'expéditeur peut être un imposteur (note d'Assiste : mêmes recherches qu'en phishing). Déterminez si les informations semblant provenir d'une société ou d'une société de recherche en valeurs mobilières en particulier sont authentiques. Lorsque vous contactez une entreprise ou tentez d'accéder à son site Web, assurez-vous d'utiliser les informations de contact ou l'adresse du site Web fournies par l'entreprise elle-même, comme dans les documents déposés auprès de la SEC. Tapez soigneusement l'adresse du site Web dans la barre d'adresse de votre navigateur Web.

Certains opérateurs de réseaux sociaux disposent de systèmes qui peuvent vous aider à déterminer si un expéditeur est authentique ou non. Par exemple, Twitter vérifie l'authenticité des comptes en publiant un badge de vérification bleu (un cercle bleu solide contenant une coche blanche) sur les profils Twitter. Même si un compte vérifié ne garantit pas que la source est authentique, soyez plus sceptique à l'égard des informations provenant de comptes qui ne sont pas vérifiés.

Réfléchissez à deux fois avant d'investir

Réfléchissez à deux fois avant d'investir si vous repérez l'un de ces signaux d'alarme de fraude en matière d'investissement :

  • Historique limité des messages.
    Les fraudeurs peuvent créer de nouveaux comptes spécialement conçus pour mener à bien leur escroquerie tout en dissimulant leur véritable identité. Soyez sceptique à l'égard des informations provenant de comptes de médias sociaux qui n'ont pas d'historique de publications ou d'envois de messages antérieurs (note d'Assiste : vérifiables depuis plusieurs années).

  • Pression pour acheter ou vendre MAINTENANT.
    Prenez le temps de rechercher le stock avant d'investir. Soyez sceptique à l'égard des messages vous incitant à acheter une action en vogue avant de la « manquer » ou à vendre des actions d'actions que vous possédez avant que le prix ne baisse après l'annonce de nouvelles négatives. Soyez particulièrement prudent si le promoteur prétend que la recommandation est basée sur des informations « intérieures » ou confidentielles (note d'Assiste : donc non vérifiables).

  • Informations ou offres d'investissement non sollicitées.
    Les fraudeurs peuvent rechercher des victimes sur les sites de médias sociaux, les forums de discussion et les babillards. Faites preuve d'une extrême prudence concernant les informations fournies dans les nouveaux messages sur votre mur, les tweets, les messages directs, les e-mails ou d'autres communications qui sollicitent un investissement ou fournissent des informations sur une action particulière si vous ne connaissez pas personnellement l'expéditeur (même si l'expéditeur apparaît connecté à quelqu'un que vous connaissez) (note d'Assiste : Internet est un milieu essentiellement trompeur et menteur).

  • Vendeurs sans licence.
    Les lois fédérales et étatiques sur les valeurs mobilières exigent que les professionnels de l'investissement et leurs sociétés qui proposent et vendent des investissements soient agréés ou enregistrés. De nombreux stratagèmes d'investissement frauduleux impliquent des individus sans licence ou des entreprises non enregistrées. Vérifiez le statut de la licence et de l'enregistrement en effectuant une recherche sur le site Web de la SEC, dossier Investment Adviser Public Disclosure (IAPD) ou sur le site Web BrokerCheck de la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA).

Les investisseurs qui découvrent des opportunités d'investissement sur les réseaux sociaux doivent toujours être à l'affût des fraudes. Si vous êtes au courant d'une éventuelle fraude en valeurs mobilières, y compris une manipulation potentielle du marché, soumettez un conseil ou une plainte à la SEC.

Pour signaler un problème ou poser une question, soumettez une plainte ou une question à la SEC ou appelez la ligne d'assistance aux investisseurs sans frais de la SEC au (800) 732-0330 (composez le 1-202-551-6551 si vous appelez de l'extérieur des États-Unis).

Escroquerie spéculative aux cours de bourse - Escroqueries spéculatives - contrôles sécuritaires financiers en France Escroquerie spéculative aux cours de bourse - Escroqueries spéculatives - contrôles sécuritaires financiers aux USA

Le 25 janvier 2021, le cours de l’action de la société GameStop (jeu vidéo et matériel électronique - groupe Micromania), totalement endettée, explose après un buzz dans le sous-forum d’investisseurs amateurs r/wallstreetbets (2 millions de membres) du groupe Reddit. Les investisseurs amateurs se lancent dans l’achat massif d’actions GameStop pour la sauver, faisant perdre au passage près de 20 milliards de dollars aux investisseurs experts du monde de la finance qui avaient parié sur la chute de GameStop.

Escroquerie spéculative aux cours de bourse - 25 janvier 2021 : cours de l’action de GameStop

Le système de prêts en cryptomonnaie BCC (Bitconnect) américain a été lancée en 2016 et fermée le 16 janvier 2018. Il avait levé 2 milliards de dollars à sa création et était régulièrement promu par ses dirigeants sur les réseaux sociaux. BCC s’est révélé être un système d'arnaques de type chaîne pyramidale - (pyramide de Ponzi). La confiance en cette cryptomonnaie a été perdue et la valeur du BCC a chuté à moins d'un dollar par rapport à un sommet précédent de près de 500 dollars. Cet effondrement de valeur est l'un des plus importants de l'histoire des cryptomonnaie. Pourtant, les investisseurs pouvaient et auraient dû vérifier avec les outils de la SEC - Securities and Exchange Commission que BCC (Bitconnect) n'était pas enregistré.

Escroquerie spéculative aux cours de bourse - 16.01.2018 : effondrement du cours du BCC # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

Dossier (collection) : Escroqueries, Arnaques et Fraudes sur le Web

Arnaques - Principes et techniques
Phishing (ou Hameçonnage)
SMiShing
Ingénierie sociale
Spam
Demandes de rançon - Ransomwares
Demandes de rançon - Cryptowares
Peurs et ventes forcées - Scarewares

Signaler ou porter plainte
Signaler ou porter plainte : où, comment, auprès de qui...

Arnaques durables dans le temps - Arnaqueurs
1&1 (1and1 - 1et1)

Arnaques, escroqueries, extorsions, fraudes
Liste des types d'arnaques
Arnaque à l'appel en absence
Arnaque à la culpabilité : infractions sexuelles
Arnaque au président
Arnaque aux faux techniciens Microsoft (1)
Arnaque aux faux techniciens Microsoft (2)
Arnaques à la location aux étudiants
Chaîne pyramidale
Escroquerie à l'achat par chèque plus élevé que prévu
Escroquerie à l'assistance aux victimes d'escroqueries
Escroquerie à l'héritage
Escroquerie à l'offre d'une tâche ponctuelle
Escroquerie à la fausse épargne qui vous ruine
Escroquerie à la fausse loterie
Escroquerie à la fausse offre d'emploi - type 1
Escroquerie à la fausse offre d'emploi - type 2
Escroquerie à la fausse offre d'emploi - type 3
Escroquerie à la fausse offre d'emploi - type 4
Escroquerie à la fausse qualité
Escroquerie à la ramastique
Escroquerie à la romance amoureuse
Escroquerie à la vente à prix dérisoire, ou à l'offre gratuite
Escroquerie à la vente d'œuvres d'art
Escroquerie à la vente d'un bien virtuel
Escroquerie au blanchiment d'argent sale
Escroquerie au colis en attente
Escroquerie au gain à un concours ou un jeu
Escroquerie au RSI - Régime Social des Indépendants
Escroquerie aux faux investisseurs
Escroquerie aux frais à la fausse vente
Escroquerie aux prêts entre particuliers
Escroquerie par « Phishing » (ou « Hameçonnage »)
Escroqueries aux faux papiers
Fraude 419
Fraude à l'utilisation de numéros de carte de paiement
Fraude sur la commission escomptée
La prisonnière espagnole
Lettres de Jérusalem

Arnaque ponctuelle
A l'origine - Philippe Berre - Réouverture A61bis