Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

AC3 - encodage numérique du son avec pertes

AC3 (vocabulaire et tags Warez, P2P et DDL) - Compression numérique (avec pertes) du son. 6 canaux indépendants. Échantillonnage 32, 44,1 ou 48 kHz.

22.06.2016 - Révision 05.03.2022 - Révision mineure 28.05.2022. Auteur : Pierre Pinard.

AC3 - AC3 AC3 - 01 AC3

Compression numérique (avec pertes) pour le son. 6 canaux indépendants. Échantillonnage 32, 44,1 ou 48 kHz. Taux de transfert 32 à 640 kbit/s.

AC3 / DD - La norme AC-3 est un procédé de compression numérique, avec pertes, pour le son qui a été officialisée en 1992. Elle permet d’utiliser jusqu’à 6 canaux sonores indépendants avec un taux d’échantillonnage de 32, 44,1 ou 48 kHz et avec un taux de transfert allant de 32 à 640 kbit/s.

Dolby Digital est une implémentation d'AC3 sur 6 cannaux (5.1). Il utilise 5 cannaux exploitant chacun la totalité de la largeur de bande (20 Hz à 20 kHz sur les cannaux avant gauche, central, avant droit, arrière gauche et arrière droit) et un sixième canal pour les extrêmes graves (en dessous de 120 Hz attaquant un caisson de graves appelé subwoofer). C'est la raison pour laquelle on appelle souvent DD (Dolby Digital), un encodage en AC3. Il faudrait préciser DD 5.1 car il existe d'autres encodages en Dolby Digital comme le Dolby Digital EX (6.1), le Dolby Digital Live, le Dolby Digital Surround EX, le Dolby Digital Plus, le Dolby TrueHD.

L'encodage des bandes son des DVD / Blu-ray est, très fréquemment, faite en AC3 implémenté en 5.1 (en Dolby Digital).

Bien comprendre que l'AC3 permet d’utiliser jusqu’à 6 canaux : ce n'est pas systématiquement du 5.1 - certains encodages AC3 peuvent n'utiliser que 2 canaux et s'appeler tout de même AC3.

La plupart des outils de sécurisation de vos appareils peuvent bloquer l’accès à un domaine (site Web) de partage (tracker P2P) et aux applications torrent (qbittorrent, Vuse, etc.).

La raison est qu’il est toujours dangereux, voire dramatique, de télécharger quelque chose de nouveau qui va être ouvert immédiatement (réflexe malheureusement habituel de l’utilisateur) alors que cet objet est encore inconnu des antivirus et antimalwares.

Les cybercriminels connaissent cette faille (virus PEBCAK) chez les utilisateurs et envahissent les domaines (sites Web) de partage avec des objets à télécharger attractifs, mais piégés, ou en hackant les communications avec ces domaines (sites Web) (par exemple en utilisant des proxys). Ils ont des chances de toucher en quelques heures un grand nombre de victimes avant que l’objet malveillant ne soit détecté et retiré du domaine (site Web) de partage.

Après un téléchargement de quelque chose de nouveau, et si vous ne connaissez pas l’uploader de longue date, soumettez l’objet téléchargé, avant d’ouvrir cet objet :

Si vous avez une confiance certaine en l’uploader et en le domaine (site Web) tracker de P2P, vous pouvez mettre, temporairement, le domaine de partage (tracker P2P) et l’application torrent utilisée en liste blanche dans vos outils de sécurité.

Les outils de sécurité bloquent un domaine (site Web) douteux par son adresse IP. Les trackers P2P sont très nombreux, beaucoup étant de petits domaines de particuliers hébergés sur des serveurs mutualisés entre de très nombreux domaines (sites Web) (des milliers à des dizaines de milliers de domaines sur la même adresse IP). Le blocage de l’adresse IP va entraîner le blocage de tous ces domaines (sites Web), même si tous les autres n’ont rien à voir avec le P2P.

Lire ces documents :

  • [1] Warez site riddled with mobile malware - Crack, crack your smartphone's dead.

  • [2] A crawler-based study of spyware in the web.

  • [3] Monkey-Spider: Detecting malicious Web sites.

  • [4] Vanity, Cracks and Malware - Insights into the Anti-Copy Protection Ecosystem.

  • [5] Piracy Release Group has been spying on downloaders for 9 months.


Lire ces notes :


Un Codec est un code exécutable d'encodage/décodage, dont compression/décompression de flux numériques. Ce sont des programmes, avec tous les risques de virus et malveillances que cela permet (y compris les ransomwares et les cryptowares).

Ne téléchargez et n'ouvrez que des releases faites avec des Codecs connus et jamais avec des Codecs exotiques ou nouveaux et présentés comme « merveilleux ».

Lire l'article :

AC3 - Codecs piégés, fausses mises à jour et faux Codecs # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #
  1.  Warez site riddled with mobile malware - Crack, crack your smartphone's dead (The Register - 21.04.2005 - John Leyden) [Archive]

  2.  A crawler-based study of spyware in the web (cs.washington.edu - University of Washington - Department of Computer Science & Engineering - PDF 17 pages - Alexander Moshchuk, Tanya Bragin, Steven D. Gribble et Henry M. Levy - ce document n'est plus en ligne - l'étude date de 2005 - sa plus ancienne archive disponible remonte au 8 janvier 2013 et la plus récente au 4 mars 2016 - lire dans Archive) [Archive]

  3.  Monkey-Spider: Detecting malicious Web sites (University of Mannheim - Laboratory for Dependable Distributed Systems - Travail de présentation d'une thèse de Ali Ikinci le 2 mai 2007 - PDF 96 pages) [Archive]

  4.  Vanity, Cracks and Malware - Insights into the Anti-Copy Protection Ecosystem (iseclab.org - PDF 12 pages - Markus Kammerstetter, Christian Platzer et Gilbert Wondracek - Université de technologie de Vienne, Autriche - Plus en ligne; copie disponible dans les archives du Web) [Archive]

  5.  Piracy Release Group has been spying on downloaders for 9 months (torrentfreak.com - Andy Maxwell - 11 novembre 2013) [Archive]

AC3 - Références