Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Partition

En informatique, une partition est une portion de la capacité de stockage d'un disque dur à laquelle on donne un nom, une organisation et un contenu (à l'image de ce qu'est un « rayon » dans une bibliothèque).

 - Partition Partition - 01   Partition  - Partition

Pour diverses raisons, la capacité de stockage d’un disque dur peut être d’un seul tenant (une seule « partition » occupant la totalité de la capacité de stockage) ou découpée en plusieurs contenants (plusieurs « partitions » occupant, chacune, une fraction de la capacité de stockage).

Les raisons sont celles de l’utilisateur dont, par exemple :

  • Cohabitation de plusieurs systèmes d’exploitation
  • Séparations voulues par l’utilisateur entre divers contenus homogènes comme le système d’exploitation d’une part dans son conteneur, les applications d’autre part dans un conteneur différent de celui du système d’exploitation, les données de l’utilisateur dans un conteneur ne mélangeant rien d’autre
  • Etc. …

L’approche des partitions est un peu différente selon le système d’exploitation utilisé.

Un disque dur, sur une machine à BIOS, comporte obligatoirement une zone réservée (qui n’est pas une partition mais seulement les secteurs 0 et 1 du cylindre 0 du disque dur) appelée MBR (dits, parfois, « secteurs d’amorçage »). Le MBR comporte la « table des partitions » dont le contenu est interprété par le BIOS afin de démarrer l’ordinateur sur la partition « système » contenant le système d’exploitation à utiliser (un utilisateur peut installer plusieurs systèmes d’exploitation tels que Microsoft Windows et Linux).

Sous Microsoft Windows, et dans la tradition des machines dotées d’un BIOS, un disque dur peut être partitionné en un maximum de 4 partitions dites « principales », dont l’une sera la « partition système active ».

S’il y a plusieurs systèmes d’exploitation (plusieurs partitions « bootables ») les autres partitions « bootables » sont cachées afin de protéger les fichiers et données qui ne doivent dépendre que du système de fichier de la partition sur laquelle ils sont.

S’il faut déclarer plus de 4 partitions, un mécanisme additionnel permet de créer un plus grand nombre de partitions en réduisant le nombre de partitions décrites dans la « table des partitions » du MBR à 3 et l’emplacement permettant de décrire la quatrième partition comporte alors un pointeur vers une « table des partitions étendues ». Les partitions additionnelles, décrites dans la « table des partitions étendues », sur un même disque dur, sont dites « lecteurs logiques »). La « partition étendue » n’est pas utilisable en tant que partition. Seul(s) le ou les « lecteurs logiques » (se comportant comme des partitions) sont utilisables.

Pour l’utilisateur sous Windows, les partitions, qu’elles soient « système », « secondaires » ou « logiques », sont toutes vues de la même manière qu’un périphérique de stockage de données, sous un nom court à une seule lettre suivi d’un « : » (C :, D :, E :, F : etc. …).

L’utilisateur peut donner un nom long (un « nom de volume »), totalement libre, à chacune de ses partitions (Windows, Linux, Photos, Mon premier mariage, Mon premier divorce, Mon second mariage, Mon second divorce, Films, Musiques, Recettes de cuisine, Applications, Voyages, etc. …).

La granularité du classement / stockage des données va donc du disque physique (il peut y en avoir plusieurs), découpés en partitions, elles mêmes contenant des répertoires comme une bibliothèque comporte plusieurs salles de lecture (les disques durs), chacune étant dotée de meubles (les partitions) comportant chacun plusieurs rayons (les répertoires) sur lesquels se trouvent des livres (les fichiers). Le système de fichiers est la méthode d’étiquetage des livres et répertoires.

Chaque partition est formatée (est préparée pour utiliser un « système de gestion de fichiers » tels que FAT, FAT16, FAT32, NTFS, etc. … pour le système d’exploitation Microsoft Windows, mais il existe des dizaines d’autres systèmes d’exploitation, de nombreux ayant leur propre « système de gestion de fichiers », comme CP/M ou Novell ou Solaris, ou Linux (avec ses systèmes de fichiers Linux Ext2, Linux Ext3, Linux Ext4), etc. …).

Une partition a toujours une taille qui sera un multiple de l’organisation en « clusters » du disque dur (les « clusters » étant eux même un multiple des « secteurs »). Cette organisation « physique » dépend du constructeur du disque dur, qui optimise ses performances.

Il est possible de partitionner une clé USB sur un ordinateur donné, mais, généralement, dès que la clé est promenée sur un autre ordinateur, seule la première partition est vue.

Partition - Partition