Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

BIOS (Basic Input Output System)

Le BIOS (Basic Input Output System) est un micro-programme s'activant à la mise sous tension d'un ordinateur. Il test le matériel et gère des paramètres dont certains sur lesquels il faut intervenir.

Le BIOS (Basic Input Output System) est un composant logiciel de base stocké dans un composant matériel pas ou peu modifiable d'un appareil électronique (ordinateur, modem, appareil photo, caméra, smartphone, etc. ...).

Le fait que ce composant logiciel, le BIOS, soit relativement peu modifiable, car il est contenu dans la partie matérielle de l'appareil (dans le hardware), fait que l'on ne parle pas de « software » (« logiciel »), mais de « firmware » (« firm » signifiant « ferme » ou « résistant » en anglais) ou, en français : micrologiciel ou microcode.

Le BIOS est indispensable, sinon un ordinateur ne peut pas démarrer. Il est donc enregistré dans un composant matériel (un « puce ») dit « mémoire morte » qui ne perd pas son contenu en cas de coupure de courrant (y compris si l'appareil n'est pas alimenté durant des années).

Initialement, les BIOS étaient enregistrés dans des mémoires mortes de type ROM (Read Only Memory), non modifiables. A partir des années 1990, les BIOS évoluent et se compléxifient tellement rapidement que la possibilité de les mettre à jour, sans changer d'ordinateur, ou sans dessouder la ROM pour en souder une autre (l'enficher si elle est sur un support enfichable), conduit à enregistrer les BIOS dans un composant de type EEPROM (Electrically-Erasable Programmable Read-Only Memory - Mémoire morte effaçable électriquement et programmable) permettant sa mise à jour lors d'une opération délicate appelée " flashage ".

Les BIOS "traditionnels" (dits "legacy") sont, depuis 2006, complétés par l'UEFI (Unified Extensible Firmware Interface (UEFI, « Interface micrologicielle extensible unifiée »)). L'UEFI est un consensus (et non pas d'une norme) entre divers fabricants de cartes-mère d'ordinateurs. En 2016, il existe toujours une résistance aux UEFI.

Les commentaires, sur le Web, tendent à dire que l'UEFI remplace le BIOS. C'est faux. Lorsqu'il y a UEFI, il faut le voir comme une extension du BIOS qui existe toujours. BIOS et UEFI cohabitent toujours dans les ordinateurs et communiquent entre eux. Certains paramètres ne sont réglables que dans le BIOS "traditionnel" (legacy), d'autres que dans UEFI. Il est probable qu'un jour, UEFI, qui est un véritable petit système d'exploitation, remplace totalement le BIOS mais, pour l'instant (2016), ce n'est pas le cas.

Les BIOS sont des logiciels développés par des sociétés éditrices concurentes. Les fabriquants d'ordinateurs choisissent de travailler avec une marque de BIOS ou une autre. Les plus connues de ces marques sont :

  • BIOS AMI (American Megatrends, Inc)
  • BIOS Award (Award Software, Inc)
  • BIOS Phoenix
  • BIOS MR (Microid Research)
  • Les grandes marques de constructeurs d'ordinateurs signent leurs BIOS sous leur nom de marque même s'ils utilisent un BIOS provenant d'un éditeur externe.

Les BIOS permettent, entre autres choses, le formatage des disques durs selon une norme appelée MBR. Avec l'envolée des tailles des disques durs, les caractéristiques des MBR sont devenues des limitations contraignantes.

  • Avec uniquement un BIOS "traditionnel" (Legacy), les disques durs utilisent une table de partitions appelée MBR (Master Boot Record). Celle-ci a des caractéristiques qui étaient considérées comme très larges à leurs définitions mais qui, avec l'augmentation constante des capacités des disques durs, sont devenues des limitations. Ainsi, les MBR ne permettent de définir que 4 partitions sur un disque et chaque partition est limitée à 2,2 To (2 200Go).
  • Avec UEFI, qui s'ajoute au BIOS "traditionnel" (que l'on appelle désormais "Legacy"), les disques durs utilisent une table de partitions appelée GPT (GUID Partition Table). Ces nouvelles tables permettent de définir 128 partitions par disque dur et chaque partition peut avoir une taille allant jusqu'à 256 TO. Toutes les versions de Windows (32 bits et 64 bits) Vista, Windows 7 et Windows 8, ainsi que la version 64 bits de Windows XP peuvent lire les disques partitionnés en GPT (par contre, pour booter sur une partition en GPT, l'UEFI doit être activé et il faut utiliser une version 64 bits de Windows, à partir de Vista (donc XP 64 bits exclu).

BIOS - BIOS (Basic Input Output System)