Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

cr  01.04.2012      r+  01.06.2024      r-  10.07.2024      Pierre Pinard.         (Alertes et avis de sécurité au jour le jour)

Les choses sont cachées et tenues secrètes mais quelques-unes sont médiatisées. En France, quelques affaires de pertes de marchés, attribuées à l'espionnage des américains, de leur NSA et de leur réseau Échelon, ont été discrètement portées à la connaissance du public. Aucun document officiel n'est disponible. Aucun perdant ne se plaindra d'avoir été espionné et aucun gagnant ne se glorifiera d'avoir la NSA pour compagnon de route espionnant ses concurrents malheureux ! Nous nous baserons donc sur les articles des médias « crédibles ».

  1. 1994 : Boeing face à Airbus en Arabie Saoudite
    En 1994/1995, Airbus est en compétition avec Boeing et Mc Donell-Douglas pour la fourniture d'avions à Arabie Saoudite.
    Dans le cadre d'un contrat d'achat d'avions de 6 milliards de $ entre Airbus et la compagnie d'Arabie Saoudite, M. Édouard Balladur, alors Premier ministre, prend l'avion pour l'Arabie Saoudite afin de signer le contrat à priori remporté par la France, moins disante (moins chère) que les américains. Il n'y avait que deux personnes connaissant le prix qui allait être proposé pour cette vente qui allait être signée. Le Premier ministre passe une communication téléphonique, depuis l'avion, avec une des deux personnes en charge de la négociation sur le terrain, mentionnant ce prix. A l'atterrissage, il été constaté qu'une offre financière juste un peu meilleure venait d'être effectuée par Boeing. La France perd le marché.
    Que c'est-il passé ? La NSA a intercepté, grâce au réseau Échelon d'écoute de tous les signaux analogiques du monde (il n'y avait pas encore le déploiement des communications numériques et leur chiffrement), les fax et les communications téléphoniques - transitant par des satellites de communications - entre les deux partenaires. Les informations ainsi collectées sont immédiatement transmises à Boeing et Mc Donell-Douglas qui réagissent aussitôt et font une contre-proposition.
    Au passage, aurait été mis au jour une manœuvre de corruption d'Airbus (pots de vin à des membres de la commission chargée d'attribuer le marché) qui empêcha le consortium européen de dénoncer ce procédé et/ou qui justifia l'action des américains au regard du comportement déloyal des européens.

  2. 1994 : Thomson-CSF face à Raytheon au Brésil
    Dispersées à la surface du globe, les bases militaires du réseau anglo-américain Échelon focalisent de nouvelles possibilités de surveillance planétaire. l'utilisation de satellites pour retransmettre les communications permet aux services secrets des principales puissances de capter, à la volée, les conversations téléphoniques, les fax, les courriers électroniques. Échelon intercepte plus de deux millions de conversations à la minute. « En 1994, explique Duncan Campbell, la NSA (l'agence de sécurité nationale des États-Unis) a intercepté des appels téléphoniques entre Thomson CSF et le Brésil au sujet de Sivam, un système de surveillance pour la forêt amazonienne d'une valeur de 1,4 milliard de dollars. La compagnie française fut accusée par les Américains d'avoir versé des pots-de-vin à des membres du comité de sélection brésilien. A la suite de l'intervention américaine, le contrat fut finalement signé avec Raytheon, une société américaine. » Duncan Campbell fut le premier journaliste à dénoncer, en 1988, l'existence de ce réseau. Il livre les clés d'Échelon - et en indique les limites.
    Pourquoi l'affaire Échelon embarrasse Thomson-CSF

  3. 1996 : Découverte de l'ouverture du chiffrement de Lotus Notes à la NSA (accord avec IBM)

  4. Août 2001 - Le Monde Diplomatique (faisant la promotion du livre de Duncan Campbell, Surveillance Électronique Planétaire, publié le 19 janvier 2001, et le citant).