Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

cr  01.01.2012      r+  01.06.2024      r-  10.07.2024      Pierre Pinard.         (Alertes et avis de sécurité au jour le jour)

Le carding exploite essentiellement les fautes de l'utilisateur (PEBCAK) et cela ne relève pas d'un outil de sécurité, mais de l'attitude de l'utilisateur en ligne, sur le Web, d'une carte de paiement et de ses identifiants. Les véritables attaques de type keyloggers, spywares, etc. relèvent bien des antivirus, mais sont tellement bien détectés qu'ils ne sont pratiquement plus utilisés au profit d'opération de manipulations mentales (phishing, etc.).




Utilisez toujours un outil de filtrations ou éliminations de risques numériques sur vos postes de travail :

Utilisez :

  • Un antivirus

  • Un antimalware

  • Un service de filtre du Web

    • Installé dans votre navigateur Web, il y a toujours Google Safe Browsing ou Microsoft SmartScreen. Il en existe bien d'autres. Chaque antivirus a le sien et l'implante. D'autres, indépendants, peuvent également être choisis. N'empilez pas ces filtres qui consomment du temps et ralentissent considérablement la vitesse de navigation. En plus, ces filtres surveillent tout et donc espionnent tout.




L'implantation d'outils (l'implantation de code exécutable) dans le navigateur Web, quel qu'il soit et sous n'importe quel système d'exploitation et appareil, sous prétexte de vous protéger, est une occasion pour l'auteur de l'outil de surveiller/capturer toute votre navigation (et plus encore avec des sniffeurs). Ils sont tous des outils de tracking et, malheureusement, on ne peut pas échapper aux pires d'entre eux : Google Safe Browsing et Microsoft Smart Screen. Tout ce qui est implanté dans un navigateur Web devient, par essence/nature, un outil du premier cercle du pouvoir. Le prétexte de nous protéger est juste un alibi pour permettre l'espionnage et le RGPD et les Opt-Out des cookies de tracking, ou toutes les destructions des cookies (un combat d'arrière-garde des CNIL) n'y peuvent rien.