Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Patch (modification d'un logiciel)

Un patch (patcher un logiciel) consiste à apporter une modification, corrective ou hostile, au code d'une application.

Apporter un « patch » à un logiciel consiste à modifier son code par l’application/l’injection de petits bouts de code à des emplacements cibles dont il faut modifier/corriger le comportement.

  • Le terme à l’origine est celui utilisé pour réparer une chambre à air, un bateau gonflable, un ballon, etc. (appliquer une « rustine »).
  • Puis on le retrouve en pharmacopée (on patche les fumeurs avec un timbre, etc.).

Corrections d’erreurs

À l’époque des rubans perforés puis des cartes perforées des premiers ordinateurs, une perforation à boucher pour corriger/modifier quelque chose était « patchée » avec un bout de ruban adhésif (non transparent si lecture optique). Le « scotch » (ruban adhésif) a été inventé en 1930 et « Scotch » est une marque déposée de la société 3M.

Patch d'un ruban perforé d'un IBM Harvard Mark I de 1944.
Patch du ruban perforé d'un IBM Harvard Mark I de 1944.
Wikipedia - ArnoldReinhold - US Navy - Domaine public

Aujourd’hui, ajouter ou remplacer une section de code à une application est aussi appelée un « patch ».

Tout le monde, même s’il n’utilise pas Microsoft Windows, connaît le « mardi des patchs » (« patch Tuesday » - « Windows Update ») qui a lieu tous les seconds mardis de chaque mois, et qui apporte des milliers de « patchs » (correctifs) à tous les logiciels Microsoft installés sur une machine.

Hacks et Cracks

Certains « patchs » sont des criminalités, en particulier lorsqu’il s’agit de contourner, inhiber, casser un mécanisme de protection (copyright) de quelque chose soumis/revendiquant un droit d’auteur. Ces « cracks » sont simultanément, dans l’immense majorité des cas, si ce n’est tous, des virus ou malveillances particulièrement dangereux à totalement destructeurs.

Ces documents (cours de hack, cours de crack, outils de hack, outils de crack, etc.) sont considérés comme des cybercriminalités et ceux qui les utilisent ne les conservent pas sur leurs machines au risque de se faire repérer par des dispositifs d’espionnage policiers. Ces fichiers sont généralement cachés dans des ordinateurs de personnes anodines ou sur des réseaux de partage en P2P.

Ces personnes, hébergeurs à leur insu de ces documents, seront détectés et bien incapables de se défendre en plaidant l’ignorance, car :

« À l'audience, j'ai compris qu'on me reprochait de ne pas avoir sécurisé mon ordinateur. Le manque de protection est considéré comme une négligence et une faute ».

Lire : Risque juridique de complicité passive de l'internaute

Patch -
Patch - Patch (modification d'un logiciel)