Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Jokeware

Jokeware : logiciels non viraux (ne sachant pas se reproduire et devant être installés manuellement) non destructifs ni dangereux,, produisant des blagues/plaisanteries, totalement agaçantes et gênant le travail.

Jokeware est un terme de l'industrie informatique.

Jokeware : ce néologisme est un mot-valise (et contraction) construit par la fusion du mot anglais « joke » (blague, plaisanterie, boutade, facétie, galéjade, joyeuseté, etc.) et du suffixe « ware » désignant un bien, une marchandise dont on fait un type. Dans l'industrie des logiciels, le rapprochement se fait avec « software » (« soft + ware »), désignant un objet « logiciel ».

« Jokeware » est un terme qualifiant certains codes informatiques plus stupides qu'autre chose et censés être écrits pour amuser l'utilisateur, mais qui ne font pas rire du tout. Ces programmes sont non préjudiciables, ne savent pas se propager et sont, surtout, inoffensifs. Ils ne sont pas destinés à endommager les ordinateurs.

Le but principal de ces programmes, si tant est que l’on puisse parler d’un « but », est d’amuser ou d’ennuyer ou de divertir l’utilisateur. Certains de ces programmes ont pour objectif d'effrayer l'utilisateur en lui faisant croire que son ordinateur est en panne alors qu'en fait tout est normal (mais ce ne sont pas des « scarewares » (ils ne cherchent pas à pousser à l'achat d'un logiciel). Certains antivirus les détectent, car ces « jokewares » interfèrent avec le fonctionnement normal d'un ordinateur et son utilisateur.

Les « jokewares » n'infectent pas les fichiers et ne causent aucun dommage, si ce n’est faire peur (rarement rire) et faire perdre du temps.

Les « jokewares » ne se répliquent pas.

Comme il existe une certaine envie/excitation/incitation à installer manuellement un « jokeware » sur la machine d’un ami (et victime), les « jokewares » peuvent être infectés par d'autres types de logiciels malveillants. Ils sont alors utilisés en « cheval de Troie » et ne sont plus de simple « jokewares ».

Quelques exemples :

  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il remplit tout l’espace libre sur le bureau avec des icônes portant les noms de Virus (3 digits décimaux) .lnk comme Virus001.lnk, Virus002.lnk, Virus003.lnk, etc. (.lnk faisant croire à un lien raccourci). Après quelques secondes, le programme affiche une boîte de message avec un message de blague. Lorsque le message de plaisanterie est fermé, toutes les icônes supplémentaires disparaissent.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il déforme temporairement le bureau Windows qui semble fondre.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il affiche un faux menu de démarrage.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il affiche à plusieurs reprises une image prédéfinie pendant une courte période.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il simule un redémarrage de Windows.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il affiche des messages intempestifs (genre pop-up) sur votre ordinateur.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il affiche des cafards sur le bureau.
  • Lorsque le « jokeware » est exécuté, il affiche une série d’images de roses sur le bureau (en France, on dirait qu’il s’agit d’une incitation à voter François Mitterrand aux présidentielles).
  • Etc.

Rien de drôle et de l'agacement.

Jokeware -
Jokeware - Jokeware