Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

Mémoire holographique

Mémoire holographique

Le stockage holographique de données est une technologie potentielle dans le domaine du stockage à haute capacité de données actuellement (2019) dominé par le stockage magnétique de données et le stockage optique classique de données (avec une probable domination rapide de la technologie SSD dont les prix baissent sans cesse et les capacités de tout petits composants atteignent commercialement les 25 TO, voire plus, en 2019, alors que cette capacité n'est envisagée que vers 2025 pour les disques durs (qui disparaîtront).

  • Les dispositifs de stockage de données magnétiques (bandes magnétiques, disques durs magnétiques, disquettes, etc.) et optiques (CD, DVD, Blue-Ray, etc.) reposent sur le fait que des bits individuels sont stockés sous forme de modifications magnétiques ou optiques distinctes sur la surface du support d'enregistrement.
  • Le stockage de données holographiques enregistre les informations de manière volumétrique à travers tout un support en 3 dimensions fait de cristaux ou des polymères photosensibles. Le stockage de données holographiques est capable d’enregistrer plusieurs données dans la même zone en utilisant la lumière sous des angles différents.

De plus, alors que le stockage magnétique ou optique de données enregistre les informations bit à bit, de manière linéaire, le stockage holographique est capable d’enregistrer et de lire des millions de bits en parallèle, permettant des vitesses de transfert de données supérieures à celles atteintes par le stockage optique traditionnel.

À l’heure actuelle (2019), il n’existe aucune solution commerciale et les 3 seules entreprises qui travaillaient dans ce domaine n’existent plus (faillite) ou font des projets à écriture unique et lectures multiples (Write-Once, Read Many [WORM]) donc uniquement de l’archivage.

  • Aprilis

    La technologie Aprilis Inc. a été rachetée par Dow Corning le 14 août 2006. Devenue DCE Aprilis Inc., elle est rachetée par STX ForceTec et devient STX Aprilis, Inc. le 27 mars 2008. Elle fonctionne encore (2019).
    Bloomberg
    2019 : tout est au futur.
    Aprilis développe des systèmes de stockage de données holographiques qui permettront aux entreprises et aux organisations de stocker, gérer et accéder à de grands volumes de données - facilement, rapidement et à faible coût. En fournissant une capacité amovible de plusieurs centaines de giga-octets, les produits STX Aprilis seront le système préféré pour de nombreuses applications d'archivage, y compris l'entreposage de données d'entreprise.

  • InPhase Technologies

    InPhase Technologies était une société de technologie développant des périphériques et des supports de stockage holographique, basée à Longmont, dans le Colorado. InPhase a été séparé des Bell Labs en 2000. Leur technologie promettait un stockage de plusieurs téraoctets. En mai 2008, le premier lecteur de la société, le « tapestry 300r » (18.000 US$ le lecteur et 180 US$ le support de 300 GO), offrait aux clients des taux de transfert de 20 MO/s en mode lecture-écriture. Cependant, la société a échoué à plusieurs reprises à livrer le lecteur dans les délais impartis après avoir précédemment fixé les dates de sortie à fin 2006, puis février 2007. En raison de ces retards, InPhase a été contrainte de réduire ses effectifs et ne donnait plus de date de sortie pour le lecteur et le support de stockage holographique.
    InPhase Technologies détenait le record du « stockage de données commercial le plus élevé » en atteignant 515 Gbit par pouce carré de support puis dépassait le seuil du téraoctet.
    En février 2008, InPhase Technologies a obtenu un brevet commun avec la société de jeux vidéo Nintendo pour un scanner à flexion (flexure-based scanner) permettant le multiplexage en angle dans un système de stockage holographique.
    The Register le 28 avril 2008
    Le 16 mars 2010, Signal Lake Venture Capital a acquis une participation majoritaire dans les restes/vestiges d'InPhase.
    En 2010, InPhase a acquis l'équipement de fabrication de supports de stockage holographiques numériques auprès d'Hitachi Maxell à Tokyo, au Japon.
    En 2011, Signal Lake, pour le compte d’InPhase, a acquis les actifs de DSM AG à Westerstede, en Allemagne. InPhase disposait donc des droits nécessaires pour la conception, le développement, la fabrication et la prise en charge de bibliothèques numériques (autochargeurs pouvant contenir un lecteur de disque et quinze robots qui déplacent le support entre les logements et les lecteurs de disque, ou bibliothèques pouvant contenir quatre lecteurs de disque et jusqu'à deux mille cent quarante disques) et un sélecteur de robot qui déplace le support entre les logements et les lecteurs de disque, afin de les regrouper avec la vente de lecteurs et de supports.
    Le 17 octobre 2011, InPhase Technologies demande à être mise en protection contre la faillite, en vertu du chapitre 11, titre 11, du code des États-Unis. Le PDG de l'époque, Nelson Diaz, était en grande partie responsable de la faillite d'InPhase : il avait ignoré les avertissements des ingénieurs lui disant que le produit n'était pas prêt à être commercialisé et il aurait, semble-t-il, encaissé la totalité de son salaire pendant que tous les autres employés travaillaient au salaire minimum.
    Tous les actifs d'InPhase ont été vendus aux enchères en mars 2012. Akonia Holographics a acquis les actifs d'InPhase, y compris l'équipement, le savoir-faire essentiel et toute la propriété intellectuelle.
    Akonia Holographics, LLC a été officiellement lancée le 10 août 2012 après un investissement de 10,8 millions de dollars.
    Le 30 août 2018, Apple Inc. a annoncé l'acquisition d'Akonia Holographics. La maîtrise des technologies holographiques sera appliquée aux lentilles des lunettes de réalité augmentée en 2020.

  • Optware

    Optware était une société japonaise pariant sur les cartes mémoire utilisant la technologie holographique. Des cartes de 30 GO étaient prévues, à 1$ pièce, et un lecteur à 2000$. En 2019, aucun produit de cette nature n’existe.

Nota :

  • La technologie de stockage dans l'épaisseur des cristaux ou des couches de polymères, dite 3D, n'a strictement rien à voir avec les hologrammes 3D que l'on peut voir dans les effets spéciaux du cinéma où il s'agit d'une représentation holographique en 3D, ce qui n'a rien à voir avec du stockage holographique de données.
  • De même, cela n'a rien à voir avec les films 3D : ce sont les yeux, avec leur écartement, qui permettent la stéréoscopie.
  • De même, cela n'a rien à voir avec les hologrammes 3D servant à rendre très difficiles les copies de billets de banque et autres usages en certification d'authenticité.
Mémoire holographique -
Mémoire holographique - Mémoire holographique