Flux RSS - La vie du site - Nouveautés et mises à jour
Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet Assiste.com - Sécurité informatique - Vie privée sur le Web - Neutralité d'Internet

File Research Center - Multiantivirus en ligne

File Research Center est un service multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne. Meilleure précision qu'un antivirus seul. File Research Center - Service d'analyse multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne

Accès au service/à l'outil File Research Center


Intérêt du service (Les services n'existant plus sont notés 0)

Ce service n'existe plus

Recherche d'informations sur un fichier par son nom (fichier, processus, service ou DLL). On obtient, généralement, les données de la version légale de l'objet et toutes les données de chacune des versions compromises ou usurpant son nom. Si le fichier, par son nom, est inconnu, il est possible de le soumettre à l'analyse (la soumission ne fonctionne pas – vérification du 03.03.2016).

File Research Center - Multiantivirus en ligne - File Research Center - Service d'analyse multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne

En savoir plus sur File Research Center

File Research Center - Multiantivirus en ligne - File Research Center - Service d'analyse multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne
File Research Center - Multiantivirus en ligne - File Research Center - Service d'analyse multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne

File Research Center - Multiantivirus en ligne - File Research Center - Service d'analyse multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne
File Research Center - Multiantivirus en ligne - File Research Center - Service d'analyse multiantivirus (multimoteur d'antivirus) en ligne

File Research Center était une division de SuperAdBlocker.com, un bloqueur de publicités sous forme d'une application (processus sablock.exe).

File Research Center recherchait des informations sur un fichier par son enveloppe (apparences externes du fichier comme son nom, sa taille, sa date, etc.) au lieu d'analyser réellement le contenu du fichier qui est totalement ignoré.

C'est avec ce genre de démarches crapuleuses que des milliers de sites, de plus en plus nombreux (2018), poussent (font de la publicité pour) des applications marginales (antimalwares, antispywares, antivirus, etc.) en pondant automatiquement des milliards de pages Web (une pour chacun des noms de processus existant au monde : tous y passent) et en déclarant pour chaqun des processus au monde, (qui n'est pas analysé du tout, qu'il peut être une malveillance dramatique et qu'il faut acheter immédiatement leur truc inutile. On est dans la mouvance des scarewares, la propagation de la peur étant déplacée du logiciel lui-même (les scarewares) à des myriades de sites satellites faisant, chacun, de faux publireportages sur, chacun, la même liste des noms de processus informatiques existant.

La recherche et les informations sur un processus en se basant uniquement sur son enveloppe n'est jamais signifiante et constitue, lorsque les pseudos informations données sont mensongères ou totalement fictives, même en prenant des formes prudentes de langage (le processus machin-truc pourait être un virus), une malveillance instilant la peur sans raison pour promouvoir l'achat d'un logiciel. C'est, tout simplement, une escroquerie dans un public qui n'a pas l'intelligence de la chose.

Ce genre de recherches peut être extrêmement troublant pour le public qui va être porté à croire que tout peut être compromis et que tous les noms peuvent être usurpés.

Il est fort probable que File Research Center ne pratique aucune analyse et ne construise et maintienne aucune base de données d'analyse de quoi que ce soit mais consulte, à chaque demande, des listes noires et autres encycloédies publiques des antivirus pour donner une information que le visiteur doit interpréter par ses propres moyens, hormis, peut-être, des données maintenues par SuperAdBlocker.com, sa maison mère.

Nous avons ici une démonstration de la nécessité d'un « Permis de PC » délivrer aux utilisateurs, dans lequel il faut bien faire comprendre/ouvrir les yeux, par exemple, qu'aucun téléchargement ne doit être conduit en dehors du site officiel de l'auteur d'un programme et que les mises à jours doivent toujours êtres effectuées à temps et uniquement à partir des mécanismes officiels de mises à jour (par exemple, comment détecter une alerte de mise à jour qui n'est qu'une publicité pour un virus), etc.

C'est sur ce genre d'informations insignifiantes que sont créées des craintes, répétées, multipliées, amplifiées, dont vivent les escrocs vendeurs de logiciels dit « de sécurité » totalement inutiles, avec des méthodes reposant sur la peur. Ils ont déplacé les fausses détections internes aux scarewares dans des nébuleuses de sites d'ingénierie sociale faisant la promotion des inutilitaires.

Moteurs d'antivirus et autres outils utilisés/consultés :

  1. Aucun

Informations sur : File Research Center

  • Service payant : ?
  • Activité semble suspecte : Non
  • DarkWeb : Non
  • Existance d'une API : Non
  • Langue(s) du service : Anglais
  • Plateforme d'exécution (version) des antivirus : ?
  • Nombre max de fichiers en une seule soumission : ?
  • Taille maximum par fichier : ?
  • Taille maximum totale : ?
  • Possibilité d'utiliser une archive compressée : ?
  • Algorithme(s) de compression autorisé(s) : ?
  • Nombre maximum de fichiers dans l'archive : ?
  • Mot(s) de passe à utiliser pour que l'archive traverse les défenses : ?
  • Date de création du domaine : 2005-01-13
  • Registrant : Support.com, Inc
  • Localisation du serveur (législation nationale dont il dépend) : USA - California - Redwood City - Support Com Inc
  • Nom de domaine à vendre : Non
  • Date de dernière vérification : 2018-11-20

FAQ des scanners multiantivirus en ligne :

  • Je n'arrive pas à entrer sur le service
    La plupart des services multiantivirus dans le Dark Web (le Web caché et malveillant) n'existent plus (se reporter à nos informations détaillées sur la page du service).
    Les services subsistants sont presque constamment sous attaques en DDoS afin de faire « tomber » le service :
    • soit de la part de leurs concurrents (car il y a de l'argent à gagner avec ces services)
    • soit de la part de développeurs de virus qui n'ont pas apprécié que leurs virus soient détectés et distribués à tous les éditeurs d'antivirus
    • soit de la part d'autorités de lute contre le cybercrime
    Ces services se protègent contre les DDoS avec diverses techniques :
    • faire patienter quelques secondes chaque requête en la mettant en file d'attente, ce qui rend totalement inefficace une attaque en DDoS
    • obliger le visiteur à faire la preuve qu'il est bien un humain et non un robot (principe des tests de Turing). Les outils les plus utilisés contre les robots sont les captchas dont, particulièrement (et malheureusement), celui de Google.
    Si vous avez protégé votre navigation Web comme conseillé, vous devez désactiver Privacy Badger pour le service dans lequel vous cherchez à entrer.

    Privacy Badger - Gérer la liste blanche (ajouter/retirer un domaine)
    Privacy Badger - Gérer la liste blanche (ajouter/retirer un domaine)
  • Est-ce qu'un multiantivirus en ligne peut remplacer un antivirus local
    Non, jamais. Les multiantivirus en ligne fonctionnent/se déclenchent exclusivement « à la demande (de l’utilisateur) – on-demand » et ne vous protège pas du tout. Cela ne sert qu’à constater la présence/l'existence d’une malveillance alors qu’elle s’est déjà introduite (en sus, si vous avez déjà ouvert l’objet, elle s’est déjà exécutée). Les seules solutions qui vous protègent sont les antivirus fonctionnant en mode local et en temps réel, « on-access » ou, mieux, « on-execution ». Interdisez complètement les solutions antivirus temps réel déportées dans un cloud (vous n'avez pas transmettre en temps réel tout ce que vous faites (documents, applications, messages email, etc. à vous ne savez pas qui).
  • Est-ce que le résultat d'une analyse multiantivirus est fiable à 100% ?
    Non, jamais. Elle donne un résultat probablement plus fiable, plus proche de la vérité, par la convergence/divergence des résultats, mais il n'y a pas de réponse univoque à cette question. Les réponses tendent vers une certitude, mais une fiabilité à 100% n'existe pas. Il y a des antivirus qui :
    • Ne voient pas la malveillance d'un objet analysé - c'est un faux négatif.
    • Voient une malveillance là où il n'y en a pas - c'est un faux positif.
    • Ne s'intéressent pas à certains types de malveillances pour diverses raisons (un PUP (ou LPI) n'est pas une malveillance, c'est son approche commerciale qui est critiquable/mensongère/agressive et peut irriter certains éditeurs d'antivirus alors que d'autres décident que ce n'est pas du ressort d'un antivirus, mais de l'intelligence de l'utilisateur final, etc.)
  • Résistance des malwares aux sandbox ?
    Les malveillances avancées, et elles le sont de plus en plus, sont capables de tester l'environnement dans lequel elles tournent et détecter si elles sont en train de fonctionner dans une sandbox (on peut faire tourner une application de type sandbox dans une machine virtuelle (telles que VMWare ou VirtualBox) - Différence entre Machines virtuelles et Sandbox. La plupart, si ce n'est tous les antivirus et antimalwares, analysent tout ce qui est exécutable (incluant les documents contenant des scripts, etc. - Liste des types de fichiers dont il faut se méfier (dangereux)) à l'intérieur d'une sandbox, ce qui permet de voir ce que tente de faire le code analysé. Certaines malveillances intelligentes (les cybercriminels sont d'excellents informaticiens) arrivent à détecter si elles sont en train d'être testées/exécutées dans une sandbox. Elles se tuent (destruction de leurs fichiers, des diverses inscriptions (comme dans le Registre sous Windows), du processus et des traces dans les journaux) immédiatement pour empêcher que la sandbox ne trace ses activités malveillantes et que son code ne soit distribué aux éditeurs d'antivirus pour une analyse approfondie et une détection qui sera rapidement trouvée dans tous les antivirus.
  • Quel intérêt pour les éditeurs d'antivirus d'entrer en concurrence directe avec leurs confrères et néanmoins concurrents ?
    Les opérateurs de services multimoteurs d'antivirus (offerts gratuitement par des éditeurs d'antivirus à des professionnels de la sécurité disposant des infrastructures imposantes nécessaires) doivent permettre à chaque éditeur d'antivirus présent dans un panel de recevoir immédiatement tout fichier analysé dans lequel il n'aurait pas détecté de menace, dès lors qu'un autre antivirus en aurait détecté une. Ces panels multimoteurs sont un formidable moyen, pour les éditeurs, de collecter rapidement des échantillons de menaces.
    • Nota : le cas des services multiantivirus en ligne pour cybercriminels (développeurs de virus) est différent. Il s'agit de tester une malveillance et de s'assurer qu'aucun antivirus ne la détecte (qu'elle est totalement indétectée - FUD - Fully UnDetectable) avant de lancer une attaque. Ces services underground (dark web et hack) préservent anonymat du développeur et secret du code analysé. Ces services sont généralement payants, avec parfois des services de surveillance en continu d'un code malveillant (réanalyse automatique à fréquences très rapprochées et communications automatiques au développeur). Jamais aucune soumission n'est partagée/distribuée/remontée vers les éditeurs d'antivirus.

      Ces services ayant des objectifs criminels, affichés/avoués ou non, sont rapidement fermés par des divisions spécialisées des diverses polices anti-criminalité numérique et leurs opérateurs sont souvent arrêtés. Sur plus de quarante cinq scanners multiantivirus en ligne analysés dans notre dossier, seuls 7 services sont opérés par des sociétés de confiance, inscrites dans la durée (parfois plus de 15 ans). Tous les autres services poussent comme des champignons et meurent, parfois en quelques jours ou, au mieux, dans les 2 ou 3 ans.
  • Pourquoi le scanner de l'antivirus X n'est pas présent dans ce panel ?
    Il peut y avoir trois raisons à cela :
    • Soit l'éditeur ne souhaite pas ce genre de confrontation/comparaison, que les utilisateurs ne manqueront pas de faire, entre ses résultats et ceux des autres
    • Soit l'éditeur ne souhaite pas voir son scanner offert gratuitement en ligne, surtout si le service refuse de transmettre/distribuer les échantillons
    • Soit l'éditeur ne dispose pas d'une version sous le système d'exploitation utilisé par le service (machines Windows, machines Linux, machines BSD, etc.)
  • Pourquoi le même scanner de l'antivirus X en mode local, chez moi, donne un résultat différent de la version sur le panel ?
    Il peut y avoir plusieurs raisons à cela, dont :
    • L'éditeur du scanner X a corrigé un faux positif ou un faux négatif et le service sur le panel en ligne est mis à jour plus rapidement que celui chez l'utilisateur final
    • Le moteur du scanner X peut connaître de légères variantes en fonction de la version utilisée sur le panel (version Linux ou Windows ou FreeBSD, etc.)

Avertissement : Produits et Services gratuits

Ne jamais utiliser un « service gratuit en ligne », ou un « outil gratuit à télécharger et installer localement » qui ne soit pas recommandé par Assiste.com. Si nous n'avons pas encore parlé de tous les produits ou services fiables existants, il est quasi certain que presque tous les produits ou services dont nous ne parlons pas sont des malveillances ou des crapuleries (ou des produits moins performants, donc inutiles - PUP, PUA, etc.).

Antivirus on-demand, on-access, on-execution

Attention : Un produit ou service antivirus « on-demand », en ligne ou local, ne remplace pas et ne remplacera jamais un véritable antivirus temps réel. Il permet uniquement de détecter une contamination si vous pensez à analyser quoi que ce soit, à chaque instant, à la main, avant ouverture (d'une application, d'une page Web, d'une image, d'un document de quelque format que ce soit, etc.).

Rien de ce qui est accédé, dans votre ordinateur, ne doit être ouvert avant d'avoir été analysé.

Faites analyser quoi que ce soit immédiatement, avant de l'ouvrir (d'y accéder), avec de multiples antivirus simultanés. Pour cela il y a :

Mais, ne vous reposez pas sur les versions gratuites, on-demand, des antivirus et suites de sécurité. Elles ne servent qu'à vous aider à estimer l'innocuité ou la dangerosité d'un objet si vous pensez à l'analyser avant de l'ouvrir/d'y accéder. Ces versions ne protègent pas votre ordinateur et ne vous protègent pas. Seules les versions on-acces (en temps réel), ou mieux, on-execution, vous protègent.

File Research Center - File Research Center - Multiantivirus en ligne

File Research Center - File Research Center - Multiantivirus en ligne