Alertes de sécurité en cours Discussion Discussion
Faire un lien Lien
Assiste.com - Sécurité informatique - Décontamination - Antivirus - Protection - Protection de la Vie Privée Assiste.com - Sécurité informatique - Décontamination - Antivirus - Protection - Protection de la Vie Privée

TPE – Lumière, Lumières – Esthétique de la lumière
Chevreul et la loi du contraste simultané des couleurs

Dernière mise à jour
- 02.10.2016
01.03.2014 - 00h00 - Paris - (Saveria Marchal)

L'être et le paraître de la lumière et des couleurs. Chevreul, dans ses contributions à la théorie des couleurs, exprime quelque chose de totalement novateur : non ce que l’œil voit, mais comment l’œil voit.

Chevreul et la loi du contraste simultané des couleursChevreul et la loi du contraste simultané des couleursChevreul et la loi du contraste simultané des couleurs

En 1839, Chevreul publie « De la loi du contraste simultané des couleurs » où il montre qu'une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance. Les couleurs complémentaires s'éclairent mutuellement et les couleurs non complémentaires se salissent mutuellement, comme lorsqu'un jaune placé près d'un vert prend une nuance violette.

Ce livre, capital, va influencer l'impressionisme (mouvement essentiellement de 1874 à 1886) et mettre en avant l'importance de la lumière, puis va être l'art des pointillistes (mouvement essentiellement de 1883 à 1910).

Un dimanche après-midi à la Grande Jatte (1884 - 1886) - Georges Seurat (pointilliste)
Un dimanche après-midi à la Grande Jatte (1884 - 1886) - Georges Seurat (pointilliste)

Un dimanche après-midi à la Grande Jatte - détail (1884 - 1886) - Georges Seurat (pointilliste)
Un dimanche après-midi à la Grande Jatte - détail (1884 - 1886) - Georges Seurat (pointilliste)

Cercle chromatique de Chevreul, représentation circulaire en 1864 dans son livre "Des couleurs et de leurs applications dans les arts industriels", développant sa théorie publiée en 1839, "De la loi du contraste simultané des couleurs"
Cercle chromatique de Chevreul, représentation circulaire en 1864 dans son livre "Des couleurs et de leurs applications dans les arts industriels", développant sa théorie publiée en 1839, "De la loi du contraste simultané des couleurs"

Michel-Eugène Chevreul - La couleur est en nous

« […] dans le cas où l’œil voit en même temps deux couleurs qui se touchent, il les voit les plus dissemblables possibles ». C’est, dit-il, « une modification qui se passe en nous ».

Françoise Viénot (CNRS)
Le système visuel est programmé pour mettre en valeur les différences qui existent entre ces deux couleurs juxtaposées ; il néglige ce qui leur est commun.

Chevreul recommande : « pour produire un effet agréable, le rapprochement de couleurs complémentaires ».

« Cette loi, une fois démontrée, devient un moyen a priori d’assortir les objets colorés pour en tirer le meilleur parti possible… ».

La relativité des couleurs - Françoise Viénot (CNRS)

Un objet a-t-il une couleur quand on ne le regarde pas?

À cette question du philosophe, le physicien répond que non seulement un objet n’a pas de couleur quand on ne le regarde pas, mais qu’il n’en a pas plus quand on le regarde. La couleur n’est pas une pellicule posée sur l’objet, c’est une sensation construite dans le cerveau de l’observateur! De surcroît, une couleur n’est jamais isolée : elle est toujours vue dans un environnement qui en altère la perception. Les peintres savent depuis longtemps que des couleurs juxtaposées seront perçues différemment, et ils jouent des "concordances" ou "dissonances" colorées.


RessourcesRecherches documentaires et ressources" Ressources "

CNRS - Les lois de Chevreul sur la couleur
CNRS - Chevreul et les peintres
Mobilier National - L'atelier de teinture des Gobelins que Chevreul a dirigé

De la loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés (Éd.1839) - Livre de Chevreul





















VoirQuelques notes personnelles - Hors oral du TPE

Chevreul

Cercles chromatiques reproduits au moyen de la chromocalcographie - Livre de Chevreul
Des Couleurs et de leurs applications aux arts industriels, à l'aide des cercles chromatiques - Livre de Chevreul
Institut de France.... Complément d'études sur la vision des couleurs, par M. E. Chevreul - Livre de Chevreul
D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme (par Paul Signac) - Livre
Théorie scientifique des couleurs et leurs applications à L'art et à l'industrie - Livre d'Ogden Nicholas Rood
Art et science de la couleur: Chevreul et les peintres, de Delacroix à l'abstraction - Livre de Georges Roque
Causerie sur Delacroix - Livre de Catherine Meurisse
Expérimenter le Mélange des Couleurs en Peinture : Repères et Principes
Secrets d'harmonie - "Tollens, éditeur de couleurs"

Le Manteau Garance (par Tugdual De Gouvello - Format Kindle - Mon petit éditeur - 2012) - Roman écrit comme un carnet de souvenirs d'un jeune homme (Dorjik) de Bouriatie (une république, sujet fédéral de la fédération de Russie (fédération de 83 sujets), de moins d'un million d'habitants, chamanistes ou bouddhistes, en Sibérie de l'Est). Dorjik aurait une vision des couleurs hors du commun, car son pourpre rétinien serait doté de cônes supplémentaires. On trouve, dans ce roman, le récit d'une initiation au chamanisme (raconté à la troisième personne) et une initiation, ni scientifique ni pédante, aux couleurs et à leur histoire (raconté à la première personne). Chevreul est cité. Ce livre n'est pas vendu en librairie mais uniquement chez l'éditeur, qui l'imprime un par un, à la demande, ou en format numérique Kindle.

Jusqu'à Chevreul, les couleurs ont toujours été une affaire de mélanges d'autres couleurs pour obtenir celles recherchées. Les ombres ont toujours été obtenues par l'adjonction de noir ou de brun à la couleur à assombrir. Mais voilà que les teinturiers de la Manufacture royale des Gobelins, dont Michel-Eugène Chevreul est directeur des teintures, se plaignent que certains bains de teintures ne donnent pas les résultats escomptés une fois tissés.

Chevreul, qui est un chimiste connu et reconnu, découvre que certaines teintures ne sont pas chimiquement stables à la lumière, mais autre chose l'interpelle et il va découvrir que les couleurs changent en fonction des autres couleurs à proximité, sans qu'il y ait mélange de couleurs et sans qu'il y ait instabilité chimique. C'est une propriété optique, et non une propriété chimique.

La théorie, érigée en « Loi du contraste simultané des couleurs », de Chevreul, divise les couleurs en deux groupes :

  • Les couleurs primaires - bleu, jaune, rouge
  • Les couleurs secondaires obtenues par mélange, en partie égales, de deux couleurs primaires.

Une couleur secondaire se renforce auprès de la troisième primaire, dite "complémentaire", celle qui n'entre pas dans sa composition.

Le mélange de couleurs complémentaires détruit les couleurs pour donner un gris neutre ou un marron incolore.

Eugène Delacroix, avant même la publication des travaux de Chevreul, peint L’exécution de Marino Faliero en 1827 et rencontrait un problème pour obtenir le rendu de l'or de certaines draperies. Le 10 décembre 1864, à Paris, est organisée une exposition présentant quelque trois cents toiles de Delacroix, mort un an auparavant. Alexandre Dumas est convié à prononcer le discours d'inauguration. Il rapporte les souvenirs qui ont marqué son amitié avec Delacroix. Dans ces "Causeries sur Delacroix", il cite le double triangle de Delacroix et l'anecdote qui lui fit découvrir de manière empirique, sans la formaliser, la loi du contraste simultané des couleurs que Chevreul va formaliser quelques années plus tard, en 1839.

L’exécution de Marino Faliero : Eugène Delacroix (1827)
L’exécution de Marino Faliero : Eugène Delacroix (1827)

Le double triangle d'Eugène Delacroix préfigure les lois du contraste simultané des couleurs de Chevreul (1839)
Le double triangle d'Eugène Delacroix (1827) préfigure les lois du contraste simultané des couleurs de Chevreul (1839)

Les impressionnistes (mouvement essentiellement actif de 1874 à 1886) utilisent, çà et là, des touches de couleurs pures, primaires ou secondaires, ne mélangeant pas les couleurs sur la palette. C'est à l’œil (au cerveau) de l'observateur d'inventer et d'avoir l'impression des couleurs intermédiaires, inexistantes, aux couleurs juxtaposées.

Les pointillistes (mouvement essentiellement de 1883 à 1910) ou chromo-luminaristes ou peintres optiques ou divisionnistes (parfois regroupés sous le nom générique de néo-impressionnistes ou post-impressionnistes avec divers mouvements de la fin du XIXè s. et du début du XXè s.) exacerbent les travaux de Chevreul.